Aide au sevrage tabagique

A l’arrêt du tabac, la prise de poids est fréquente, elle concerne environ 2 fumeurs sur 3, ce qui constitue un frein à la tentative de sevrage.

De nombreuses personnes retrouvent leur poids de départ dans les 12 mois qui suivent l’arrêt du tabac.

Il faut noter un gain d’environ 3 Kilos pour un homme et de 4 kilos pour une femme lors du sevrage.

La nicotine augme la dépense énergétique de base de l’organisme d’environ 6%. Elle freine également l’appétit : d’où la consommation consciente ou inconsciente de cigarette pour contrôler son poids Lorsque le fumeur cesse, l’appétit revient et l’organisme dépense moins d’énergie.

La disparition de la nicotine provoque la sécrétion d’insuline et ceci provoque une envie de « sucré ».

Outre le soutien de substitut nicotinique, il faut réapprendre à manger et faire du sport.

La nicotine favorise la satiété, à son arrêt, il faut compenser tout en évitant le grignotage.

Gérer son stress grâce à l’hypnose et à la cohérence cardiaque, ceci afin de calmer ses pulsions alimentaires.

Le motif de l’échec est souvent le facteur temps : raison pour laquelle il faut s’organiser avant d’arrêter de fumer, et intégrer les nouvelles habitudes alimentaires avant l’arrêt du tabac.

Accordez-vous du temps et gérer votre stress.

Intégrer une activité physique 2 à 3 fois par semaine au moins 30 minutes et des habitudes alimentaires cohérentes et adaptées à votre personnalité.